Le management OpenSource


En parcourant le magazine Management d'Octobre, j'ai découvert un article sur Red Hat et sa manière de gérer ses équipes mais également la communauté (les bénévoles). Je vous invite à lire cet article qui pourrait vous donner des idées. Les points essentiels de leur management sont :
  • l'autonomie : les développeurs peuvent chosir de travailler chez eux
  • l'écoute : une "mailing list" permet de faire remonter les doléances à la direction
  • la séduction : Red Hat va jusqu'à adapter ses projets pour attirer les codeurs bénévoles
  • le respect : des bénévoles "maltraités" pourraient partir, voir créer un projet concurrent.
Quand je vois la qualité des logiciels OpenSource, je me dis qu’il y a sûrement des enseignements à apprendre des organisations qui les développent. Ces logiciels sont pourtant développés par des équipés mixtes (interne et externe), de cultures différentes, éloignées géographiquement et avec des niveaux de compétences différentes. Il serait certainement très intéressant de comparer le type de management classique et celui-ci de l’OpenSource sur le développement d’un logiciel en mesurant la qualité du produit fini, la durée du projet et le coût.
Par exemple pour constituer l’équipe, nous serions déjà sur des modes opposés. D’un côté, le manager sélectionnerait ses meilleurs éléments et de l’autre, une personne de l’équipe devrait vendre l’idée à ses collègues pour qu’ils adhèrent librement au projet.

En attendant de voir un jour ce type de comparaison, nous pouvons toujours les étudier et en tirer des enseignements pour les appliquer ailleurs.



« La vie est courte et les réunions peuvent être longues. Ne gâchez pas votre vie. » Jo Owen

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget