Les programmeurs sont-ils en voie de disparition ?


Il y a plus de 10 ans, je me disais qu’il n’y aurait plus de programmeur dans les entreprises en dehors des sociétés éditrices de logiciel. Eh bien, je me suis trompé car il reste en effet quelques dinosaures pour développer quelques applications spécifiques autour des progiciels et autres ERP (Enterprise Ressource Planning). Selon l’organisme DARES (ministère de l’emploi), 45% des informaticiens (tous métiers confondus) en France travaillent au sein des sociétés de service informatique.

Depuis quelques années, une autre menace pèse sur les développeurs. Cette menace est la mondialisation et, en particulier, le secteur de l’Asie. En 2003, les universités indiennes formaient 350 000 ingénieurs par an et depuis ce chiffre a dû augmenter.
En France, le salaire moyen d’un informaticien ingénieur est supérieur 3000 euros net mensuel (soit environ 50 000 euros brut annuel). Pour le même résultat, un indien coûtera 10 000 euros par an. Les développeurs ont vraiment de quoi se faire des cheveux blancs.

Pour contrecarrer cette évolution, la formation des développeurs est peut être la solution.
Le week-end dernier, une école d’ingénieurs en informatique organisait ses portes ouvertes. Au cours de la visite, j’ai été frappé par deux choses : d’une part les étudiants présents étaient des passionnés (des geeks) et d’autre part, l'apprentissage de l'informatique se faisait sans professeur. L’enseignement est réalisé sur la base de problèmes à résoudre et les étudiants sont accompagnés par leurs aînés.

Le "futur" du métier de développeur en France, comme dans les autres pays occidentaux, passera certainement par le développement de ces trois caractéristiques : la passion, la réflexion et le travail en équipe.
Etonnamment, nous retrouvons ces mêmes caractéristiques dans le monde du logiciel libre. Le développeur de demain sera « Libre ».

« Mesurer la progression du développement d’un logiciel à l’aune de ses lignes de code revient à mesurer la progression de la construction d’un avion à l’aune de son poids. » Bill Gates

1 commentaire:

Bactisme a dit…

Mais avez vous déjà travaillé avec de l'out sourcing en Russie ou en Inde ?

Si s'était le cas, vous reconnaitriez le besoin de prototyper localement, le besoin d'avoir des ingénieurs proches des services markétings, qui connaissent leur sujets et sont par la suite capable de prendre le lead et guider des projets.

La globalisation des solutions (de exchange à google apps, de oracle au cloud) est un problème plus important pour nos informaticiens en général.

Une erreur est survenue dans ce gadget