La Boule de Cristal

Est-ce que les estimations sur les projets servent encore à quelque chose ?


La plupart des techniques d’estimation se basent sur le passé (jugement d’expert, abaques, ratios, etc.) pour prédire l’avenir. Nous utilisons notre expérience pour évaluer le temps que nous allons passer pour réaliser une tâche. En soit, cela parait logique. Si nous avons passé 2 jours à faire une chose, nous devrions être capables de refaire la même chose en ces mêmes 2 jours. Malheureusement, ce modèle ne fonctionne pas toujours car toutes choses ne sont pas égales par ailleurs. Par exemple, quand nous avons réalisé cette tâche de 2 jours, c’était dans un environnement spécifique où il y avait peu de perturbation extérieure (congés de fin d’année par exemple). 



Pour répondre à ce problème, nous pouvons mettre des marges de sécurité (d’ailleurs, nous le faisons inconsciemment) pour prévoir d’éventuelles perturbations non identifiées au moment de l’estimation. Avec ces marges de sécurité, nous pensions avoir régler le problème. Seulement, nous avons tendances à dépasser nos estimations pour différentes raisons (syndrome de l’étudiant, la loi de Parkinson, le multitâche, etc.) et comme nous basons nos estimations sur notre expérience, nous gonflons un peu plus nos estimations pour les prochaines fois (et ainsi de suite).

En plus de cela, d’autres phénomènes viennent perturber nos estimations :

- Quand le chef de projet  récolte les différentes estimations de son équipe, il ajoute une nouvelle marge de sécurité.

- Quand un chef de projet vient proposer à son sponsor ou à son client le résultat de son estimation, celui-ci lui demande de revoir sa copie à la baisse (trop cher, trop long).

En fin de compte, les estimations d’un projet ne ressemblent plus à grand-chose mais nous n’avons pas encore trouvé de meilleures méthodes.

"Il faut estimer ce que l'homme fait, non pas ce qu'il peut faire." Proverbe français

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget