Demain, on rase gratis !


« Les choses les plus importantes dans la vie sont gratuites » Guy Kawasaki (Alltop)


Quelles sont ces choses dont parle Guy Kawasaki ?
Le soleil, le vent, l’eau ou l’information sur le Web.

C’est le titre de l’un des articles sur son blog, dans lequel il parle de Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired et auteur du livre « Free, l’avenir d’un prix radical ».

Les concepts de son livre sont :

- L'économie numérique qui a créé une économie déflationniste où le coût marginal de distribution est proche de zéro.
Par conséquent, les produits ou les services sur le web sont de moins en moins chers et s'approchent de « zéro ».

- Les générations d'aujourd'hui attendent des choses gratuites parce qu’elles ont intériorisé cette économie numérique. Les adultes, en revanche, ont grandi en croyant que "le gratuit" était un gadget marketing et promotionnel : les repas gratuits, cela n’existe pas.

- La qualité est de plus en plus définie par la pertinence et non par le prix. Ainsi, vous ne pouvez pas jouer sur les prix pour gagner des parts de marché lorsque tout est gratuit. Vous devez utiliser des produits différenciés et pertinents.

- Le défi pour les entreprises est de créer des produits et des services premiums qu'ils peuvent vendre « gratuitement » à leurs clients et de l’autre coté, elles doivent offrir des moyens aux gens de gagner du temps, d'augmenter leur statut, ou d'accroître leur notoriété et de convertir ces moyens en argent (honoraires, produits dérivés, etc).

Si vous êtes une entreprise de services ou d’information en ligne, vous êtes bien conscients de la pression du marché pour faire baisser vos prix vers le gratuit. Le point clé est que ce que les clients sont disposés à acheter est beaucoup plus important que ce que vous êtes prêts à vendre.

Pour en savoir plus sur le concept de Chris Anderson, vous pouvez lire son livre.

Autre livre de Chris Anderson : La longue traîne.

Extrait du livre pour vous donner un aperçu :

Comment un logiciel de santé peut-il être gratuit ?

Depuis novembre 2007, des milliers de médecins ont accepté de recevoir un logiciel gratuit d’enregistrement électronique des données de santé et de gestion des habitudes de santé, fourni par Practice Fusion, une start-up de San Francisco. Un logiciel médical professionnel peut coûter 50 000 dollars. Comment une entreprise peut-elle donner son système d’enregistrement électronique sans rien faire payer ? Voilà quelques éléments de réponse :

- Freemium + publicité. En application du modèle du freemium, Practice Fusion propose deux versions de son logiciel : une version gratuite qui affiche des annonces publicitaires, et une version sans publicité qui coûte 100 dollars par mois. Sur les 2 000 premiers médecins à avoir adopté le système , moins de 10% ont choisi de payer. Mais les revenus véritables sont ailleurs ...

- Vendre l'accès à vos données. Grâce à son logiciel gratuit, Practice Fusion attire une masse critique d'utilisateurs qui eux-même créent une base de données toujours plus vaste sur les patients. Les associations médicales effectuant des recherches sur des maladies spécifiques ont besoin d'enregistrements médicaux longitudinaux portant sur de grandes séries de patients. En fonction du sujet de l'étude, un graphique anonyme concernant un patient peut rapporter entre 50 et 500 dollars. Un médecin généraliste suit en général quelques 250 patients, de sorte que les 2 000 premiers clients de Practice Fusion se traduisent par 500 000 enregistrements. Chaque graphique peut être vendu plusieurs fois en fonction des études conduites par différentes institutions. Si chaque graphique rapporte à la longue 500 dollars, Practice Fusion aura gagné plus d'argent en cédant ses logiciels gratuitement qu'en vendant 50 000 dollars son produit aux mêmes 2 000 médecins.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget