Pourquoi l’informatique est-elle trop chère ?

L’informatique fait partie des innovations nous permettant d’obtenir des gains de productivités et de coûts. L’informatique est par définition un moyen de traiter l’information de manière automatique. Par exemple, une seule saisie de l’information suffit pour traiter complètement des processus administratifs, tandis qu’avec le support papier, il faut recopier, calculer, remplir des bordereaux … De ce point de vue les échanges numériques (edi, xml) approchent la perfection.

Mais alors pourquoi l’informatique est-elle considérée comme un "coût "et pourquoi dit-on souvent qu'elle est trop chère? Voici quelques-unes des raisons qui entretiennent cette idée fausse :

L’automatisation des tâches manuelles est rarement suivie de suppressions de postes. Les gains se font généralement dans le temps : départ non remplacé ou les personnes sont affectées à d’autres tâches : nouvelle activité, amélioration de la qualité …

Une fois les gains obtenus, les coûts de maintenance ont tendance à augmenter et nous oublions les avantages initiaux. En effet, le gain est acquis et il faut encore faire mieux.

Il y a des projets qui "dérapent" : les budgets initiaux des projets sont souvent dépassés pour différentes raisons comme une mauvaise maîtrise des délais, du périmètre, de l’incertitude …

Le coût des projets techniques n’apporte pas de valeurs à l’entreprise ; ces projets sont coûteux mais nécessaires pour maintenir l’infrastructure informatique opérationnelle ou pour se prémunir de pannes. Mais les dirigeants ont l’impression d’être pris en otage.

Il existe aussi des dérives et du gâchis dans l’utilisation de nouveaux services : par exemple, si vous installez de l’impression couleur en plus de celle en noir et blanc dans un service, les utilisateurs imprimeront en couleur la plupart de leurs documents sans que cela soit nécessaire.

La course à l’innovation et aux effets de mode sont coûteux également : les nouveaux systèmes d’exploitation (ou les logiciels) sont toujours plus gourmands en ressource et leurs capacités sont seulement utilisées à 20%.

L’évolution des dépenses informatiques augmente d’année en année sans que soit pris en compte l’évolution du périmètre.

Enfin, la différence de vision entre les dépenses récurrentes et ponctuelles est réelle : l’investissement peut réduire les dépenses récurrentes mais cela a un coût. Nous ne gagnons pas d'argent tout de suite mais dans le temps. Les investissements d’aujourd’hui seront nos dépenses de demain.


Cette liste n’est sûrement pas exhaustive mais elle nous permet de mieux comprendre pourquoi l’informatique est perçue comme un coût et non comme un moyen de faire des gains.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget