« Chaîne critique » par rapport au « chemin critique »

Eléments spécifiques de l’approche de la « chaîne critique » qui ne font pas partie du « chemin critique »

Si vous ne connaissez pas l’approche « chaîne critique », vous pouvez consulter le site de « La chaine critique de Marris Consulting » (très bien réalisé) ou un de mes précédents articles.
Comment respecter les délais sur un projet ?


1. Les membres de l'équipe projet sont invités à se consacrer à une seule tâche du projet, pour l'achever le plus rapidement possible. De manière périodique (généralement hebdomadaire), un rapport d’activité sera demandé pour savoir combien de temps il faut disposer pour terminer la tâche.

2. Les dates d'échéance des tâches ne sont pas données, ni surveillées.

3. Lorsque vous planifiez un projet, les temps de travail prévus sont beaucoup plus proches de la réalité en considérant que les ressources sont dédiées au projet.

4. Le multitâche est sensiblement réduit, de façon permanente. Pourquoi les projets prennent-ils du retard ?

5. Au cours du projet, les membres de l’équipe ne sont pas évalués en fonction du respect ou non des délais prévus.

6. Les membres de l’équipe sont invités à transmettre le plus rapidement possible leurs résultats de fin tâche à la ressource suivante.

7. L’utilisation des jalons (date intermédiaire) est limitée.

8. En prenant en compte la dépendance des ressources et la dépendance tâche, la plus longue séquence de tâches dépendantes traduira la chaîne critique.

9. La gestion des « Tampon » doit être efficace pour accroître la certitude de terminer le projet dans les temps.

10. La « chaîne critique » utilise un concept de jeu de temps (tampon) pour obtenir de la flexibilité au niveau de tâches non critiques. Par contre sur la « chaîne critique », il n'y a pas de période creuse.

11. La « chaîne critique » exige que les tâches non critiques soit planifiées le plus tard possible pour réduire de façon significative les comportements appelés «syndrome des étudiants» et «la loi Parkinson».

12. Les modifications du « chemin critique » sont souvent nécessaires en cours de projet parce qu'il n'y a pas de tampon pour absorber les retards. Si les « tampons » sont appliqués correctement, la « chaîne critique » ne change pas pendant toute la durée du projet.

13. La « chaîne critique » reconnaît qu'il existe des environnements multi-projets dans lesquels les projetsont des ressources communes où il faut gérer des interdépendances. En d'autres termes, les projets partagent un pool de ressources, pour au moins certaines tâches.

14. L’approche de la « chaîne critique » permet d’identifier les ressources stratégiques à travers une collection de projets. En cas de surcharge ou indisponibilité de ces ressources, il y aura un impact sur la durée du projet (contrainte).

15. L’utilisation de ce système pour la gestion des projets permet d’améliorer le flux de projets, d'accroître la prévision des résultats de chaque projet et d'accroître l'efficacité des ressources essentielles en réduisant les effets du "mauvais multitâche".


C'est le centième article d'"Autour du système d'information"

"La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit." Eric Tabarly

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget